Coups de cœur

La contraception naturellement

vendredi 10 mars 2017

Suite à mon article sur le sexe au naturel, qui explique plus clairement les différentes astuces naturelles existant pour soigner certains problèmes liés a notre vie sexuelle, certaines d'entre vous ont regretté que je ne parle pas de contraception. C'est chose faite aujourd'hui dans cet article très personnel. Nous allons voir ensemble les différents moyens de contraception qu'il existe à ce jour, mais surtout les plus naturels et écologiques.

Contraception Personnelle

J'ai eu un parcours quelque peu rocambolesque avec les différents moyens de contraception. J'ai commencé a prendre la pilule, si je me souviens bien, vers l'âge de quatorze-quinze ans. Je n'avais pourtant pas de petit copain à l'époque, mais je me plaignais de douleurs de règles trop douloureuses. Soyons honnête, je voulais seulement faire comme mes copines. J'ai donc commencé la pilule, qui m'aura évidemment servi aussi de contraceptif quelques temps plus tard.

Au bout de quelques années, J'ai décidé de stopper la pilule. Aucun boyfriend ni activité sexuelle à l'horizon, j'étais fatiguée de devoir penser à ce petit comprimé tous les soirs et je n'en voyais plus aucune utilité. De plus, déjà très sensible à un mode de vie sain, je ne voulais plus polluer mon corps d'hormones de synthèse.

Mal informée sur les différents moyens de contraception, j'apprends tout de même l'existence du stérilet. Mais recevant des avis négatifs autour de moi, et sachant que ce dernier est soi-disant déconseillé aux nullipares (femmes n'ayant jamais eu d'enfant), je renonce et reprends la pilule à l'arrivée de mon amoureux actuel.

Après un an à nouveau sous pilule, je suis prise de grosses sautes d'humeur, paranoïa, crises de larmes et dépression. Je fais de grosses crises et n'ai absolument plus l'impression d'être moi-même. J'ai comme l'impression que quelque chose dicte mon corps, mes hormones ou je ne sais quoi, que je suis incapable de contrôler. Je soupçonne la pilule. Après quelques semaines de recherche sur les différentes solutions pouvant s'offrir à moi et étant à présent plus informée, je décide d'arrêter la pilule et de passer au stérilet.

Je ne vais pas vous mentir, mon but n'est pas non plus de vous faire peur, mais la pause du stérilet fût une petite torture. Ultra rapide, mais ultra douloureuse. Je n'oublierai jamais cette douleur vive, comparable à celle d'une contraction d'accouchement d'après ma gynécologue. N'ayant jamais eu d'enfant, je ne peux encore faire cette comparaison par moi-même.

Après la pose, je commençais enfin à me sentir libre. Plus de comprimés auxquels penser tous les soirs, une contraception efficace, libre de m'abandonner à mes fantaisies sans contraintes.

J'ai eu quelques légères douleurs les premières semaines, rien de bien grave, c'était seulement le temps que le stérilet se mette en place. J'ai commencé aussi à ressentir les effets positifs de l'arrêt de la pilule, une libido de folie, plus de sécheresse vaginale, plus de sautes d'humeur, plus de dépression, je perds un peu de poids, je me reprend en main, JE REVIS !

Jusqu'à l'arrivée des boutons.. La grosse crise d’acné d'adulte, dûe à l'arrêt de la pilule. Bouleversement hormonal, je redeviens une ado pendant presque un an. Une année à essayer de me débarrasser de ces satanés points rouges. Mes règles sont à peu près régulières, ultra abondantes, et surtout, de plus en plus douloureuses. Au début, elles étaient supportables, avec le temps, elles sont réellement devenues de pire en pire. J'étais malade à chaque cycle, au point de ne pouvoir aller travailler, de m’effondrer et pleurer de douleur, et ce, pendant une semaine minimum.  Des douleurs à chaque mouvement, des relations sexuelles très douloureuses.. Et je ne parle pas de l'argent dépensé en protection hygiénique..

Après de longues semaines d'attente, j'ai enfin rendez-vous avec un gynécologue réputé. Ce dernier soupçonne le stérilet, évidemment, mais surtout une Endométriose (pour en savoir plus, rendez-vous ici). On me retire le stérilet, vous n'imaginez pas le soulagement et la liberté que je ressens, l'impression de ne plus avoir de corps étranger à l’intérieur de moi, les douleurs lors des mouvements disparaissent presque instantanément, celle des rapports après quelques jours. Je n'ai pas le temps de suivre un cycle, puisque je dois prendre une pilule en continue, c'est à ce jour le seul moyen pour soulager les symptômes de l'endométriose mis à part l'opération. Je sais déjà que les effets négatifs de la pilule seront à nouveau présent, et je ne l'accepte pas. Je rejette la pilule. Je rejette l'idée de vivre encore avec des hormones de synthèses, de ne plus avoir de règles et mes ovaires en pause. Après différents examens approfondis et les soupçons d'endométriose étant levés, j'arrête la pilule au bout de trois mois et les changements ne tardent pas : je revis à nouveau. Je retrouve ma libido, plus de sécheresse mais surtout, l'impression que mon corps reprend un fonctionnement normal, je me sens femme.

Les différentes contraceptions

*L'indice de Pearl, est le taux d'échec d'un moyen de contraception si utilisé de façon optimale (oubli de pilule, déchirure de préservatif, perte du stérilet etc.. non pris en compte.) Plus le pourcentage est élevé, moins la contraception est efficace.

La pilule :
Il est important de ne pas faire de généralité. Beaucoup de femmes ne supportent pas la pilule, mais beaucoup la supportent très bien. Comme toute contraception, il est important de choisir sa pilule accompagnée de son gynécologue, afin de trouver celle la plus adaptée a nos besoins, car il existe des pilules différemment dosées, avec et sans œstrogènes. Il est tout de même important de connaître les effets secondaires qu'elle peut provoquer, et qui varient en fonction du dosage, de la marque et de nous évidemment. La prise doit être le plus possible à heure fixe afin d'éviter toute grossesse non désirée.
Il peut y avoir des effets secondaires anodins mais qui peuvent être gênants sur le long terme : prise de poids, saignements, baisse de libido, sécheresse vaginale. Des effets secondaires psychiques plus dangereux : sautes d'humeur, dépression, anxiété dues a une affectation du système nerveux, et physiques : Acné, nausées et vomissements, embolies pulmonaires, accidents cardio-vasculaires (le risque est plus élevé pour les fumeuses)... De plus, la pilule comme toutes les contraception hormonales et contre-indiquée si vous présentez certaines maladies (phlébite, embolie pulmonaire, maladies du foie et cardiovasculaires, insuffisance rénale.. en savoir plus ici).
ATTENTION ! Certes, il existe bon nombre de témoignages négatifs au sujet de la pilule, mais n'oubliez pas, sur le net, les personnes ont plus tendance à parler d’expérience négatives que positives. Informez-vous, parlez-en autour de vous, demandez aux femmes que vous connaissez si elles ressentent certains de ces effets négatifs. Faites-vous votre propre avis, ne vous fiez pas totalement à celui des autres. (Indice de Pearl 0.3% et 0.5% pour les pilules sans œstrogènes.)
Attention : Il semblerait que la prise d'argile et de charbon en gélules a proximité de la prise de pilule absorberait cette dernière et annulerait donc l'effet contraceptif.

Le stérilet cuivre ou hormonal : 
Comme dit plus haut, le stérilet ou dispositif intra-utérin est un tout petit objet en forme de T à insérer dans l'utérus. Le premier, fait de plastique et de cuivre, agit comme un spermicide en déclenchant une sorte de réaction inflammatoire et toxique pour les spermatozoïdes. Comme dit plus haut, il peut provoquer des règles beaucoup plus douloureuses, abondantes et plus longues, ainsi que des douleurs ou une gêne lors des rapports ou même lors de mouvements simples. De plus, pour certaines femmes, la pose peut être vraiment douloureuse.
Le stérilet hormonal, lui, est fait uniquement de plastique et libère en continu et à l'intérieur de l’utérus, une hormone progestative au Lévornogestrel, une hormone de synthèse bloquant l'ovulation et ayant donc un effet contraceptif. A cause de cette hormone de synthèse, les effets secondaires connus sont identiques à ceux de la pilule mais moins fréquents. Par contre, beaucoup de témoignages informent d'une disparition presque compète des règles.
Les deux stérilets sont efficaces pendant environ cinq ans, il est important de prendre régulièrement rendez-vous avec son gynécologue afin de vérifier que ce dernier soit toujours en place et efficace. (Indice de Pearl 0.6% pour le DIU Cuivre et 0.1% pour le stérilet hormonal)

Préservatifs :
La seule contraception que j'utilise à présent est le préservatif. Certes, ce n'est pas la plus efficace contre les grossesses, mais une des seules contraceptions efficaces contre les maladies sexuellement transmissibles. De plus, cela peut-être un moyen de contraception plutôt ludique, une façon de découvrir de nouvelles choses à deux et pourquoi pas, d'éviter une petite routine sexuelle, car il existe différentes sortes de préservatifs : ceux à texture perlée ou nervurée pour plus de plaisir, ceux retardant l'éjaculation pour plus de plaisir plus longtemps, les plus fins pour une sensation intacte, les aromatisés, ceux à sensation chauffante, les fluorescents pour un moment d'humour, ceux sans latex pour les allergiques ou encore, les préservatifs en latex naturel et issus du commerce équitable pour les plus écolos d'entre nous ! Le préservatif peut causer des allergies, des irritations ou encore se déchirer pendant l'acte, il est donc important de vérifier s'il est intact après chaque rapport. Il est important d'éviter tout lubrifiant à base d'huile végétale, cette dernière désagrègeant le préservatif. (Indice de Pearl 3%)

Le préservatif féminin :
Efficace à 99,2% il est même plus solide que le préservatif masculin. Il ressemble beaucoup à ce dernier, mais est a insérer à l’intérieur du vagin. Les premières fois, il peut être difficile de l'utiliser, il faut un petit temps d'adaptation et parfois s'y reprendre à plusieurs fois. Il est possible de l'insérer quelques heures avant le rapport et de le retirer quelques temps après. Avec le préservatif masculin, il est la seule contraception efficace contre les maladies sexuellement transmissibles. (Indice de Pearl 5%)

Le Diaphragme :
Ce contraceptif est un petit dôme en latex ou en silicone, à insérer au fond du vagin, contre le col de l'utérus. Il empêche ainsi les spermatozoïdes de se rendre vers l'ovocyte et donc la fécondation. Il n'est pas le moyen de contraception le plus sûr pour éviter les grossesses, donc certains gynécologues conseillent d'utiliser un spermicide en complément et d'apprendre à l'utiliser; car s'il est mal placé, il ne sera pas efficace. Il peut être posé jusqu'à deux heures avant le rapport mais ne doit être retiré qu'à partir de huit heures après, et peut être laissé en place pendant vingt-quatre heures.. Il existe en plusieurs tailles, elle doit être déterminée avec votre gynécologue. C'est un moyen de contraception économique puisqu'il est lavable et réutilisable. (Indice de Pearl 6%)

Spermicide : Grâce à sa composition chimique (chlorure de Benzalkonium ou de miristelkinium) il détruit les spermatozoïdes. Sous forme d'éponges, d'ovules ou de crème, il est important de lire la notice car chaque forme a son mode de fonctionnement. Utilisé seul, l'efficacité est moindre qu'accompagné d'un préservatif ou diaphragme. De plus, c'est un moyen de contraception contraignant, car il doit être mis en place quelques minutes avant le rapport, son efficacité peut être limitée dans le temps et ils peut être irritant si utilisé trop souvent. (Indice de Pearl 6%)

Anneau vaginal : De trois à cinq centimètres de diamètre, ce petit anneau doit être placé au fond du vagin le premier jour des règles, et retiré trois semaines après. Pendant une pause d'une semaine, les règles arrivent, et un nouvel anneau est remis en place la quatrième semaine. Cet anneau diffuse en fait des petites doses d’œstrogènes et de progestérone permettant de bloquer l'ovulation et donc la fécondation. Les doses d'hormones diffusées sont plus légères que celle de la pilule. Comme toutes contraception hormonale, il peut y avoir des effets secondaires si vous y êtes sensible. (Indice de Pearl 0.3%)

Patch contraceptif : Ce petit patch à coller sur la peau, diffuse comme l'anneau vaginal de petites doses d’œstrogènes et de progestérone. Il faut en mettre un différent chaque semaine pendant trois semaines, le même jour à chaque fois et ne pas en mettre la quatrième semaine pour permettre l'arrivée des règles. Etant un contraceptif hormonal, ses effets secondaires possibles sont les mêmes que ceux de la pilule ou l'anneau vaginal par exemple, de plus, il est possible que le patch se décolle de lui-même, il suffit d'en remettre un nouveau, et la protection reste active pendant vingt-quatre heures. (Indice de Pearl 0.3%)

Implant contraceptif : Ce petit bâtonnet de quatre centimètres de long et deux milimètres de diamètre, s'insère généralement sous la peau du bras grâce à une petite anesthésie locale et son retrait, laisse une légère cicatrice. Il diffuse une hormone progestative qui bloque l'ovulation et modifie la glaire cervicale afin de la rendre plus épaisse pour ainsi repousser les spermatozoïdes. Le taux d'hormone diffusée étant léger, le risque d'effets secondaires est assez rare. Malgré tout, ils restent identiques à ceux de toutes les contraceptions hormonales. De plus, il n'est pas rare d'avoir des règles irrégulières, trop abondante ou encore totalement absentes. Une fois mis en place, l'implant ne se voit pas et ne provoque aucune gêne. Vous êtes ainsi tranquille pendant trois ans ! (Indice de Pearl 0.05%)

Injection contraceptive :  Grâce à une petite seringue, il est injecté dans le muscle du bras une dose d'hormone progestative. Cette dernière, empêche l'ovulation, épaissie la glaire cervicale afin d'empêcher le passage des spermatozoïdes et rétrécit l'endomètre afin de rendre la nidation plus difficile. L'injection se fait tout les trimestres pendant les cinq premiers jours des règles. Après cela, il n'est pas rare de voir une forte diminution de ses règles voire une cessation complète. Ses effets secondaires restent les mêmes que pour toutes les contraceptions hormonales. De plus, le retour à la fertilité peut-être long, de six à dix-huit mois pour certaines femmes. (Indice de Pearl 0.3%)

Méthode Billings :
Cette méthode fait partie des plus naturelles qui soit. Elle se base sur l'écoute de son corps et de ses symptômes en fonctionne du cycle, plus particulièrement sur l'état de la glaire cervicale. Cette dernière, secrétée au niveau du col de l'uterus, totalement différente de ce que l'on appelle les pertes blanches, change le PH du vagin, le rendant moins acide et donc plus viable pour les spermatozoïdes. La glaire cervicale aura une texture plus filante et plus abondante lors de l'approche de l'ovulation, et une texture plus épaisse et plus collante en dehors de l'ovulation.  l'abstinence doit être totale lors de la période d'ovulation et jusqu'à trois jours après. Il est plus simple de tenir un tableau, dans lequel on note chaque soir ses observations. Le site methode-billings.com, vous informera et vous apprendra au mieux à gérer cette méthode totalement naturelle et écologique qui peut-être utilisée aussi dans le cas contraire, afin d'optimiser ses chances de grossesse. (Indice de Pearl 1%)

Méthode Ogino Knaus :
Cette méthode a permis il y a quelques années, quand les contraceptions que nous connaissons à ce jour n'existaient pas encore, de réduire le taux de natalité. Elle se base sur l'étude de la longueur des cycles pendant une année. Il est important, pendant douze cycles, d'étudier et de noter ses cycles afin de déterminer en moyenne à quel moment survient l'ovulation, en repérant son cycle le plus court et le plus long, puis de faire ce calcul :
Pour déterminer le premier jour de la période féconde = 10 + longueur du cycle le plus court - 28
Pour déterminer le dernier jour de la période féconde = 17 + longueur du cycle le plus long - 28
Vous pouvez vous aider de cette petite calculette. Voici une capture d'écran pour un cycle court de vingt-sept jours, et un cycle long de trente-quatre jours. Je dois donc éviter tout rapport sexuel entre le neuvième jour du cycle au vingt-et-unième jour. Ce n'est pas la méthode la plus fiable car elle ne tient pas compte des émotions pouvant perturber le cycle et elle se base uniquement sur une estimation. (Indice de Pearl 9%)

Méthode des températures :
Lors de l'ovulation, la température du corps augmente à cause d'une augmentation de progestérone provoquée par l’éjection de l'ovocyte. Cette méthode est donc basée sur la variation de la température en fonction du cycle. Elle est à prendre tous les matins à la même heure, à partir du sixième jour du cycle. Malheureusement, un rhume, une fatigue ou tout autre événement peuvent modifier la température du corps humain. Il existe à présent sur le marché, pour un prix assez onéreux, des moniteurs dans lesquels il est simple de noter sa température quotidienne et qui vous indiquent les jours fertiles et non fertiles.  (Indice de Pearl 0.5%)

Symptothermie :
Cette méthode est censée être aussi fiable que la pilule, lorsqu'elle est appliquée sérieusement évidemment, car elle regroupe différentes méthodes en une seule. Elle se basse sur différents symptômes observés a un certain moment du cycle : la température du corps au réveil en période fertile, l'état de la glaire cervicale dans la journée, l'auto-palpation du col de l’utérus et le ressenti interne. Certaines applications sur lesquelles vous notez vos symptômes calculent ainsi pour vous les jours fertiles et infertiles. Vous pouvez aussi créer votre propre tableau d'observation sur papier ou numérique. Cette méthode nécessite une certaine période d'apprentissage avant de se connaître totalement et qu'elle soit la plus efficace possible. (Indice de Pearl entre 0% et 0.8% en fonction du cycle et du sérieux de votre implication)

Douche vaginale et Coït interrompu ou retrait :
Ces deux méthodes sont pour moi les plus déconseillées. En effet, la première consiste après éjaculation à l'intérieur du vagin, d'éliminer le sperme avec une poire, afin d'éviter la rencontre des spermatozoïdes avec l'ovocyte. La seconde, consiste à ce que l'homme se retire avant éjaculation complète. Seulement, lors des rapports ou des préliminaires, du liquide séminal contenant des spermatozoïdes s'écoule du pénis. Ce dernier peut-être déposé à l’intérieur du vagin lors de la pénétration et ainsi provoquer une grossesse non désirée. Il en est de même lors d'un simple contact sexe contre sexe, ce geste, peut permettre a un spermatozoïde grâce à la glaire cervicale (si cette dernière est fertile) de remonter jusqu'à l'ovule et déclencher une fécondation. (Indice de Pearl 31% pour la douche vaginale et 4% pour le coït interrompu)

ATTENTION :  Pour tous les contraceptifs hormonaux cités plus haut, vous n'êtes pas libres d'utiliser n'importe quels médicaments. Certains annulent l'effet contraceptif des hormones et peuvent ainsi provoquer une grossesse non désirée. Je pense notamment au Millepertuis, une plante naturelle utilisée entre-autre pour les troubles du sommeil et les troubles nerveux. 

Contraceptions Naturelles :

Il est important de définir ce qu'est pour vous une méthode de contraception naturelle. Est-ce une contraception sans aucune hormone de synthèse ? Une protection sans produits chimiques ? Aucune protection physique pour se laisser aller naturellement tout en se protégeant d'une grossesse indésirée ? Nous n'avons pas tous la même vision du naturel. Pour moi, les méthodes Ogino Knaus, la méthode Billings ou la symptothermie sont des méthodes 100% naturelles et écologiques, nulle besoin d'une ordonnance chez le médecin ou d'un achat, nulle besoin d'un corps étranger à l’intérieur de soi ou d'hormones de synthèse. Ce sont des méthodes qui permettent à la femme d'écouter et d'apprendre à parfaitement connaître son corps. Bien que les deux premières ne soit pas les plus fiables, la symptothermie, qui regroupe à elle seule différentes méthodes, restent le moyen de contraception le plus naturel et surtout le plus fiable qui soit. En effet, je suis convaincue que nous n'avons aucun besoin de contraceptifs, le corps humain est conçu d'une telle façon, qu'il est tout à fait possible, si nous apprenons parfaitement à le connaître et surtout à nous connaître, d'utiliser notre propre corps comme moyen de contraception. Mon corps n'est pas encore mon contraceptif, mais je me documente chaque jour, j'en apprends plus sur cette méthode, sur mon corps et sur moi-même, dans l'espoir d'avoir un jour suffisamment confiance en lui et en moi, pour me lancer.

Encore une fois, je ne souhaite aucun tabou ici. C'est pourquoi, vous êtes libres de me poser vos questions les plus intimes qu'elles soient, en commentaire ou par email, en anonyme; ou pas et je serai plus qu'heureuse de vous répondre.

Merci de m'avoir lue.

A très bientôt,
Morgane.


46 commentaires:

  1. Hello, la contraception est très personnelle et en effet les symptômes des uns ne sont pas ceux des autres. Par expérience, il est bon de trouver un gynécologue qui puisse comprendre et ne pas douter de nos dires. J'ai eu un gynécologue de ce genre, toujours à me dire que j'avais tort et que je ne savais pas interpréter les signes de mon corps... Je dirais qu'aucune des contraceptions sitées ne me conviennent. J'utilise des Méthodes de grand-mères africaines. Merci pour le partage.
    À bientôt

    #CocoB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Coco, je suis très curieuses de connaitre ta méthode ! si tu peux m'en dire plus je serai ravie, tu peux me trouver sur FB ou par mail eugenie.tabi@gmail.com merci d'avance !!

      Supprimer
    2. Coucou, merci pour ton commentaire.
      Je serais moi aussi très curieuse de connaître ta méthode.

      Je suis bien d'accord, il est important de trouver un gynécologue qui saura être à notre écoute et ne pas nous juger. Mais j'ai bien l'impression que cela reste difficile..

      A bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  2. mon meilleur moyen de contraception : l'abstinence ! ça m'évite de trop me poser de questions (rires) Si un jour j'entre dans le cercle, je pense que je ne vais jamais utiliser le stérilet. Rien qu'à le voir, je pourrais m'évanouir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L’abstinence est un très bon moyen de contraception je confirme !
      Le stérilet peut faire peur, je suis d'accord, parfois l'idée d'avoir un corps étranger à l’intérieur de soi effraie, mais cela reste tout de même un très bon moyen de contraception pour celles qui n'en n'ont pas peur.
      N'hésite pas à revenir vers moi si tu as besoin de conseils, je serais là :)

      A bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  3. Un grand bravo pour ce superbe article très détaillé. Effectivement, les effets secondaires de la pilule sont peu connues. Si bien que les femmes se retrouvent avec des symptômes qu'elles ne comprennent pas alors qu'il faudra seulement que le gynécologue informe un peu mieux ses patientes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi :)

      Je ne fais pas de généralité, mais il est vrai que certains gynécologues soutiennent la pilule pour l'argent qu'elle rapporte à l'état. Je me demande bien ce que cela leur rapporte a eux ?
      Ils fidéliseraient bien mieux leurs patients en étant plus à l'écoute et plus sincères.. Heureusement, il y a de super gynécologues qui peuvent être fiers de leur métier !

      A bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  4. Article super complet bravo. Après un arrêt de pillule à cause de problème de cholestérol on est passé par la méthode ogino je suis maman depuis 😜 On a pas été assez prudents (aujourd'hui j'en suis contente) après mon accouchement stérilet aux hormones et perso je n'ai ressenti aucune douleur, normal tu me diras. ce qui me dérange c'est que ça ne soit pas naturel mais sinon pour moi cents impeccable et plus de règles. Je dois le retirer en 2019 je ne sais pas trop quoi choisir après et celui au cuivre me pose question... en tout cas super article

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, merci à toi.

      Ah la méthode ogino.. comme les autres méthodes elle mérite une grande prudence, il est important d'être sérieux, mais c'est une bonne chose pour toi qu'elle n'est pas fonctionné visiblement :) la dose d'hormone diffusée par le stérilet aux hormones est vraiment minime comparé à celle de la pilule, alors si cette contraception te convient ne change pas ! Sinon, le stérilet au cuivre reste une bonne alternative, la seule différence c'est l'abondance de règles et le fait qu'elle soit plus douloureuses qui feront que tu ne le supportera peut-être pas.

      Bon courage, n'hésite pas à revenir si tu as d'autres questions.

      A bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  5. Ton article est super intéressant et très complet ;) merci à toi pour ces infos ;)

    RépondreSupprimer
  6. Article vraiment très très intéressant et complet ! J'ai appris plein de trucs sur la contraception. Je suis sous pilule depuis pas mal d'année et c'est vrai que j'ai envie de changer pour un moyen un peu plus naturel donc ton article tombe à pic !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! J'espère pouvoir t'aider à y voir plus clair..
      Si tu as des questions n'hésite pas à revenir vers moi, je serais ravie de t'aider.

      A bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  7. Article très complet ! Pour le moment, je prend la pilule depuis un an mais je trouve ça assez contraignant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, qu'est-ce que tu trouve contraignant ? La prise de comprimé chaque soir peut-être assez contraignante en effet, ou des effets secondaires indésirables.. Je suis là si tu as besoin d'aide, n'hésite surtout pas.

      A bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  8. Voilà un article bien intéressant ! J'en ai programmé un pour la fin du mois, sur le même sujet :)
    J'ai décidé d'arrêter la pilule car je ne souhaite plus d'hormones.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, merci beaucoup :)

      Je serais ravie de lire ton article, pourras-tu me l'envoyer ?


      Merci à toi,
      Morgane.

      Supprimer
  9. J'ai pris la pilule pendant plusieurs années et je l'ai enfin arrêté il y a trois mois de ça. Je ne sais jamais quand je vais avoir mes règles vu que je ne suis pas vraiment réglée mais tant pis. Je voulais passer à l'anneau mais le prix me rebute pas mal ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, il faut parfois quelques mois voir une à deux années avant que le système hormonal se régule complètement et que tes règles soient régulières. Sauf si tu es naturellement irrégulière. Tu peux te servir de certaines applications mobile où tu inscrits tes symptômes, la date de tes précédentes règles etc.. elles se basent ainsi sur des statistiques pour calculer ta date d'ovulation et de règles. Je l'utilise et elle fonctionne à 2-3 jours près.
      L'anneau est un bon moyen de contraception, il est remboursé si tu es étudiante et en fonction de ta mutuelle.. Renseigne toi si c'est le cas.
      Sinon, le stérilet reste une bonne alternative pour toi peut-être :)

      N'hésite pas à revenir vers moi si tu as d'autres questions.

      A bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  10. Pour l'instant le meilleur moyen de contraception trouvé ben c'est...rien...j'ai essayé pas mal de chose dont la pillule et je persiste quand même que ça reste une belle caca pour l'organisme. Je vais tenter prochainement l'anneau mais comme MegC je trouve ça ultra cher...enfin vis ma vis de gonzesse :) nous savons toutes que c'est dur de trouver THE contraceptif :) (bon sauf les chanceuses :p )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou,

      Comme dis plus haut, l'anneau peut-être remboursé en fonction de ta mutuelle si tu es étudiante, renseigne-toi si c'est le cas.
      Je suis d'accord, il reste assez difficile de trouver sa contraception idéale, je pense que dans toutes il y a des avantages et des inconvénients. A nous de trouver celle qui nous convient le mieux tout en faisant certains compromis..

      Comme pour Meg C, le stérilet peut peut-être être une bonne alternative pour toi ?

      N'hésite pas si tu as des questions.

      A bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  11. Ton article est très intéressant ! J'ai également stoppé la pilule car trop d'effets secondaire. Je dirais qu'il y a quand même un petit point négatif, mes règles sont hyper douloureuses les 2 premiers jours mais franchement, malgré ce détail je ne la reprendrais jamais (et puis comme tu dis, un regain de libido de fou!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou,
      C'est vrai que c'est un désavantage à l'arrêt de la pilule si l'on souffre naturellement de désagrément pendant les règles. As-tu pensé au stérilet aux hormones? La dose d'hormone diffusé est bien plus douce que celle de la pilule, et il est très fréquent de voir une grosse diminution voir une absence totale de règle avec cette contraception.

      N'hésite pas à revenir vers moi si besoin.

      A bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  12. Coucou,
    J'ai trouvé ton article vraiment complet et détaillé :)
    C'est vrai que beaucoup de femmes ignorent tout des effets secondaires de la pilule et je ne trouve pas ça normal, il faut informer les gens, c'est quand même dingue non ? Après certaines cherchent pendant des années d'où vient le problème sans jamais penser à la pilule :/
    A quand une pilule pour hommes ?^^
    Bisous à toi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, merci à toi :)
      Il existe une pilule pour homme, mais non commercialisé car encore en phase de test.. A voir d'ici quelques années, mais il me semble que cela fait déjà un moment qu'ils en parlent..
      Les femmes ne sont pas suffisamment informée car la pilule rapporte beaucoup trop d'argent à l'état, aux laboratoires pharmaceutiques et autres..

      C'est comme la cigarette et l'alcool, ça fait polémique, ça tue, il y a des préventions. Mais pourtant ils augmentent le prix "pour dissuader les fumeurs d'acheter.." Si on veut...

      Heureusement, les effets secondaires de la pilule sont de plus en plus mis en lumière, mais en effet, trop peur de femmes les ignores encore, et cherchent, comme tu dis, pendant des années d'ou viennent leurs problèmes..

      A bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  13. Ton article est vraiment très détaillé, c'est chouette.
    Perso, j'ai arrêté toutes formes de contraception, je fais juste attention et puis comme je veux un deuxième enfant, pourquoi me torturer avec ces machins-là ?
    Bisous
    CapricieuZe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, merci à toi.

      Je suis bien d'accord avec toi. Si l'on est pas contre l'arrivée d'un enfant, je ne vois pas non plus l’intérêt de s’embêter avec tout ça..

      A bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  14. Ton article est super complet waouh ! Je prends la pilule depuis presque 4 ans et ce moyen de contraception me convient de moins en mois... Je réfléchis au stérilet en cuivre mais c'est assez compliqué lorsque l'on a pas encore eu d'enfants... Merci pour ton article super complet en tout cas :) Je me le mets de coté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou,

      C'est une idée reçu. Il n'y a aucun problèmes pour porter un stérilet lorsque l'on a pas eu d'enfant. Simplement certaines femmes le supporte, d'autres non. Tout dépend de ton corps, et si toi-même tu acceptes ce corps étranger ou non.

      Continue à te renseigner, trouve un gynécologue à ton écoute, tu verras qu'il n'y a aucun problème avec le stérilet :)

      A bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  15. Tu tombes bien, je me posais la question pas plus tard que hier soir...
    J'ai un stérilet depuis 3 ans (douleur de malade comme toi à la pose), mais j'ai réalisé hier en lisant un autre article de blog que bon eh bien... les éléments extérieurs à l'intérieur de nous c'est pas terrible terrible ! Logique mais bêtement ça ne m'avait choqué jusque là... Du coup je cogite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou,

      Bien-sûr que les corps étrangers sont "mauvais" pour le corps, mais pour certaines personnes. La plupart d'entre nous supporte très bien les piercings ? Pourtant cela reste des corps étrangers.
      Le stérilet, c'est la même chose et je pense honnêtement que tout se passe dans la tête.
      Si toi-même tu n'accepte pas ce corps étranger, ton corps le rejettera.

      Ne fait surtout pas une fixation là-dessus depuis que tu as vu cet article, tu risques de rejeter le stérilet, et ton corps d'en faire de-même.
      Après, si malheureusement tu ne supporte réellement plus le stérilet, le retirer reste la meilleure solution..

      N'hésites pas à revenir vers moi si besoin,
      a bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  16. Merci beaucoup de nous partager ton expérience personnelle et tes péripéties sur ce sujet délicat! J'ai moi aussi commencé avec la pilule et malheureusement, pendant 5-6 ans, j'ai eu des mycoses tous les mois, plusieurs fois par mois à cause d'elle. Je suis passée au stérilet en cuivre pour nullipare et les douleurs de la pause ont été vraiment atroces le premier soir. Je l'ai fait retirer quelques mois plus tard (non pas que ça ne me convenait pas, mais nous voulions un enfant) et j'appréhendais d'en faire reposer un après l'accouchement, mais en fait, ça fait nettement moins mal après! C'est ma contraception depuis. J'apprécie car je n'ai pas à m'en soucier, mais je suis capable de reconnaître lorsque je suis en période d'ovulation et cette contraception permet de ne pas se priver d'intimité en cette période ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, merci pour ce témoignage.
      Je suis d'accord sur le fait, que malgré que le stérilet soit un corps étranger, il reste la meilleure contraception dont on est pas à se soucier à ce jour. Je regrette mon stérilet, même si ne le supportais pas, je regrette la liberté que j'ai ressenti au début.

      A bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  17. Le soulagement de lire ton article ! J'ai pris la pilule pdt 3 ans juste pour "dire merde à mes parents" ( sans qu'ils le sachent ). Je ne la supportais pas et j'ai changé 5 fois de pilules durant ces 3 années. Même les microdosés me faisait mal. J'avais toujours le même symptome : des douleurs et des boules dans les seins. Impossible de les toucher, ça me faisait mal comme si j'allais être reglé... Horrible... Qand j'ai dit à mon copain que je ne souhaitais plus la prendre parce que j'avais vraiment peur d'avoir un cancer du sein ( les sortes de ganglions que j'avais me faisaient vraiment trop peur et le fait d'avoir toujours le même symptome en changeant de type de pilule... Je ne le sentais pas du tout bien qu'aucun médecin ne m'ait confirmé ça... J'ai toujours été à l'écoute de mon corps et je ne souhaite pas lui faire subir cela, peut être que j'ai une faiblesse à ce niveau...).
    Bref, j'ai donc arrêté et ce fut la libération ! J'avais une libido normale, et à l'arret, ça a été complétement exacerbé, je me suis sentie femme, libre et le préservatif : au top ! Non seulement, on ressent parfois plus de sensations, ça ne dérange pas tant que ça mais en plus, moi, je me sens "propre" après. Contrairement à quand je prenais la pilule où on se sent pas si propre que ça... Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire... Enfin je suis beaucoup plus épanouie que sous pilule, moins irritable, plus libre... Et je trouve ça dommage de voir encore des gens qui sous pretexte que "la capote c'est naze" n'en n'ont jamais mis de leur vie alors qu'ils ont eu plusieurs partenaires ( sérieux ou non ) surtout lorsqu'on est au courant des MST et autres Sida...

    Je suis super contente d'avoir lu ton article !

    Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou,

      Merci à toi pour ton commentaire qui me touche beaucoup et pour ton témoignage, c'est très important pour moi, j'adore avoir ce genre de retours sur mes articles.

      Pour moi, ce n'est absolument pas une faiblesse d'être à l'écoute de son corps bien au contraire, le corps nous dis ce que le cerveau ne sait pas. Si tu l'a ressenti ainsi, qui sait ce qu'il aurait pu se passer ? Tu as été à l'écoute de ton corps et de ton instinct et je trouve ça super. Peut-être que ton corps ne t'alertait pas sur un quelconque cancer, mais il voulait plutôt te faire savoir que quelque chose ne lui convenait pas et ne te convenait pas. La preuve, puisque maintenant tu es en totale liberté, tu as retrouvé ton corps et ton esprit tels qu'ils le sont vraiment, tu sens ton corps fonctionner naturellement et tu te sens femme, ce que je comprend parfaitement et trouve génial.
      Je partage totalement ton point de vue au niveau du préservatif, même si le corps à corps à 100% avec mon chéri nous manque parfois, comme je l'ai dis dans mon article, c'est la seule contraception "ludique" qu'il existe et qui peut nous faire découvrir de nouvelles sensations.. Une contraception efficace tout en s'amusant, c'est le top ! Même si là encore, il y a des femmes et des hommes qui ne supportent pas le préservatif..

      Encore merci pour ton commentaire..
      A très bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  18. Article vraiment très intéressant. Je ne connais pas assez bien mon corps pour prendre le risque d'arrêter la pilule et avoir une grossesse non désirée. Et même si ça ne m'enchante pas trop d'avoir des hormones de synthèse dans mon corps, je supporte plutôt bien la pilule et je n'ai jamais vu de changement entre le avant prise de pilule et maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou,

      tu fais partie des chanceuses qui supportent très bien la pilule et c'est le mieux pour toi. Peut-être qu'un jour la présence d'hormones de synthèses te dérangera plus que ça, mais si en attendant tu te sens bien, cela reste le principal.

      Bonne continuation à toi,
      a très bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  19. Article très intéressant ! Je comprends le besoin de ne plus avoir d'hormones et j'aimerais tellement pouvoir l’arrêter, malheureusement je suis atteinte d'Endométriose et il est donc impensable pour moi de l’arrêter malgré tout les symptômes que j'ai mais que j'accepte car je n'ai plus à me torde de douleur une semaine par mois. J'ai également testé le stérilet (hormonal pour moi au vu de l'Endométriose) je suis tombée dans les pommes sur le fauteuil la grande classe! ;) que j'ai arreté depuis pour reprendre depuis un an une pilule en continue.
    En tout cas le plus important est de trouver la contraception qui nous convient car c'est elle la meilleure, et surtout n'ayez pas peur d'en parler à votre gynécologue, et s'il ne tient pas compte de votre avis, changer de gynéco!
    Bisous !
    Emeline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou,
      la dernière fois que j'ai repris la pilule, on me soupçonné une Endométriose, alors c'était comme toi, une pilule en continue que j'ai prise après retrait du stérilet. Heureusement les soupçons se sont levés après examens approfondis et j'ai pu arrêter la pilule, mais je dois être surveillée régulièrement.

      C'est une maladie très difficile et douloureuse, que parfois les gens ne comprennent pas.. bon courage à toi..
      A très bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  20. Cet article m a plu et je viens témoigner.

    J ai pris la pillule pendant des années : 1ère grossesse phlebite. On a trouvé aucune raison et on suspecte la pillule d y avoir contribué.

    Méthode naturelle: testé et pas forcément fiable selon les femmes.
    Pendant 2 ans j ai pris ma température chaque matin, j ai observé mes glaires, mes symptômes et tout tout noté sur une application. Et c est hyper barbant. À la différence que moi je souhaitais un bébé mais ça revient au même. Il faut être super régulière (pas comme moi je suis Opk) et anticiper son ovulation. Car pour tomber enceinte c est 3 jours avant et 2 jours après ovu.

    Maintenant j ai un stérilet cuivre (2 ème de ma vie) et j ai la chance de ppouvoir plutôt bien le supporter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou,
      Merci à toi pour ton témoignage.
      La pilule est malheureusement suspecte dans de nombreuses mauvaises situations, alors ça ne m'étonne pas vraiment qu'elle soit la cause de ta phlébite puisque cela fait partie des effets secondaires de la pilule..
      Je confirme, que la symptothermie puisse être des méthodes contraignantes, car il faut être très minutieuses ce qui n'est pas forcement le cas de tout le monde, au début. Mais il existe beaucoup de méthodes sur le net et auprès de spécialiste pour apprendre à utiliser aux mieux ces méthodes naturelles.
      Mais c'est au choix de chacun, je suis heureuse que tu aies trouvé le moyen de contraception qui te convient à présent.

      Bonne continuation à toi,
      Morgane.

      Supprimer
  21. Je trouve ton article très touchant, et je trouve ça bien que tu parles des différents contraceptifs que l'on peut trouver sur le marché, ainsi que de leurs actions. J'ai pris la pilule pendant 2,5 ans, j'ai cru devenir folle, j'ai eu moment où j'étais pas bien et j'avais constamment les larmes aux yeux sans raison, j'étais sans cesse déprimée. Un jour j'ai arrêté et je me suis sentie beaucoup mieux, plus de problème de faible libido ou de sécheresse.

    Je te remercie pour cet article

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou,

      Merci à toi pour ton témoignage.
      Ce que tu racontes ressemble beaucoup aux effets secondaires de la pilule en effet, c'est ce que j'ai vécue aussi.. Je trouve le soulagement après l'arrêt de la pilule très rapide d'ailleurs, cette ombre en moi qui me rendait si mal, c'est comme envolé en à peine quelques jours !
      Contente que tu te sentes mieux à présent. J'espère que tu as trouvé le moyen de contraception qui te convient.

      A très bientôt,
      Morgane.

      Supprimer
  22. la Sympto c'est top ! testé et approuvé ici en contraception :) vous trouverez gratuitement sur le net un manuel d'apprentissage de la symptothermie, ainsi qu'une appli mobile... et à bientôt sur le groupe FB !! prenez soin de vous

    RépondreSupprimer
  23. Merci pour ton témoignage :)

    A bientôt,
    Morgane.

    RépondreSupprimer
  24. bravo pour cet article tres complet et ton témoignage! moi aussi j'ai essayé toutes les pilules et j'ai fini par arreter à cause des effets secondaires (dont certains meme pas listés dans la liste des effets secondaires officiels!). Stérilet, je veux pas (pour des questions de morphologie, je ais que ça ne va pas m'aller et vu les effets que ça a eu sur ma soeur, je ne veux meme pas essayer)...donc on est parti sur retrait ou preservatif...ça fait 5ans qu'on fait ça avec mon homme et pour l'instant ça fonctionne bien et au moins c'est naturel :-)

    RépondreSupprimer

Vous souhaitez être prévenus de l'arrivée d'un nouvel article ?