Coups de cœur

Pollution : Pourquoi, comment lutter.

samedi 17 décembre 2016

pollution pourquoi et comment lutter

La pollution serait responsable de la mort de centaines de milliers de personnes en Europe par an.. En Europe uniquement. Environ 7 millions de personnes dans le monde.

La pollution est responsable, nous sommes la pollution.

Quand je débats au sujet du tri, de réduire son empreinte carbone en réduisant sa consommation de viandes ou de poissons par exemple, manger des produits locaux, bio si possible, limiter sa consommation d’électricité, de réduire ses déchets, de recycler, rénover, échanger, troquer, de limiter ses déplacements en voiture et autres, ce n'est pas pour "embêter" ni pour m'imposer ou quoi que ce soit d'autre, ce n'est surtout pas pour RIEN ! Ce n'est pas seulement dans le but de préserver notre planète, mais aussi ses habitants.

Nous sommes tous responsables du décès de milliers de personnes.

Je ne fais pas cet article dans le but d'imposer un point de vue, de vous obliger à changer un mode de vie acquis depuis des années. J'ai toujours du mal à m'exprimer face à des personnes réticentes à ce sujet, qui pensent qu'à leur échelle de toute façon, même si elles font de petits efforts, rien ne changera et que de toute façon tout le monde pense pareil. Je fais cet article dans le but d'arriver enfin à m'exprimer librement, de peut être sensibiliser certaines personnes et surtout informer ceux qui ne savent pas. Il est parfois tellement plus simple de lire, que d'écouter et d'entendre ce que l'on nous dit..

Arrêtons justement, arrêtons de penser qu'à notre échelle, nous ne pouvons rien changer, car bien au contraire. Arrêtons d'être défaitiste, de penser que de toute façon, c'est trop tard. Il n'est jamais trop tard pour changer les choses, prendre de nouvelles décisions, évoluer pour notre bien être et celui des autres.

La planète était là bien avant nous. Nous sommes arrivés après et avons imposé notre mode de vie. Un mode de vie qui ne lui convient pas, et visiblement, ne nous convient pas non plus. Superficiellement, il nous convient, nous vivons dans un confort, une simplicité. Parce-qu'il est tellement plus simple de jeter tout dans une seule et même poubelle que de séparer plastiques, verres et déchets alimentaires. Il est plus simple de prendre sa voiture au moindre déplacement, alors que nous pourrions prendre un vélo et profiter d'un bon bol d'air frais, faire une bonne marche à pied ou encore privilégier les transports en commun. Il est tellement plus simple d'acheter des sacs plastiques à chaque passage au supermarché, alors que nous pourrions simplement aller faire nos courses en emmenant un cabas, un chariot ou encore un sac en tissus réutilisable (en coton bio pour aller encore plus loin). Limiter l'usage des mouchoirs en papier et essuie-tout;  en les remplaçant par des mouchoirs, lingettes et torchons en tissu et ainsi réduire sa consommation de déchets. De petites astuces de tous les jours qui pourrait améliorer beaucoup, si nous étions plus nombreux à les réaliser. Mais il est pourtant tellement plus simple de se dire que d'autres le font, alors "nous, c'est pas la peine.." Mais rendez-vous compte de l'impact lorsque tout le monde pense pareil ? Il est important de se battre pour les causes qui nous touchent, et c'est ce que je fais aujourd'hui, je me bats.

Pourquoi ?

Parce que la pollution de l'air nuit à la santé d'environ 85% des habitants des villes d'Europe. Les particules fines de pollution affectent les voies respiratoires et peuvent provoquer dans les cinq jours après inhalation : Angines de poitrine, embolies pulmonaires, arrêts cardiaques... Ceux qui en souffrent le plus ? Les personnes âgées, mais aussi les jeunes enfants : en respirant deux fois plus vite, ils absorbent deux fois plus d'air. Leur corps étant en plein développement, ils grandissent en étant "pollués", ce qui peut freiner ou endommager leur développement cérébral et leurs poumons, ils développent alors diverses maladies comme cité plus haut..

Selon l'UNICEF, 300 millions d'enfants respirent de l'air toxique tous les jours. 600 000 par an meurent de cette pollution, 600 000 ont moins de cinq ans.

La pollution est à présent la première cause de mortalité infantile au monde.

La pollution est partout, dans l'air, sur terre et dans les océans.

En mer, la pollution se fait par la terre et par les fleuves. Tous ce que les industriels rejettent, les pesticides, les engrais, les déchets nucléaires, les eaux usées, les détritus et déchets de l'homme se répandent dans les fleuves et finissent dans l'océan. mais aussi les compagnies pétrolières et autres industriels qui prennent un malin plaisir à rejeter leur déchets directement dans la mer. Les marées noires, dont on ne peut oublier les images horribles d'animaux échoués recouverts de pétroles, dont l'impact est encore significatif aujourd'hui.
Ces déchets, qu'ils soient plastique, métal ou autres matériaux non bio-dégradables, sont des leurres pour les animaux marins et volants, qui, en les ingérant s’étouffent ou s'étranglent.
Les filets de pêche perdus ou abandonnés, sont aujourd'hui les plus gros pièges pour ces animaux qui se retrouvent coincés à l’intérieur.
Les déchets de plastiques, portés par les courants océaniques, s'agglutinent et forment à divers endroits de véritables continents de plastique représentant des milliers de kilomètres carrés.. Il y'en a 7 aujourd'hui, et ils sont responsables de la morts de millions d'oiseaux ingérant ce qu'ils pensent être de la nourriture.
Ce plastique, se dissout en milliers de particules fines, ingérés par les animaux marins que nous pêchons, que nous mangeons. Ces particules sont donc présentes dans toute la chaîne alimentaire, jusqu'à l'homme. Nous ingérons des particules de plastique.

La pollution de l'air est elle aussi causée par les déchets toxiques brûlés par les industriels, les agriculteurs utilisant des produits toxiques, et même par le particulier, lorsqu'il brûle des déchets faits de composants toxiques. Les fumées s'échappant des grandes usines, des gaz issus des transports, nos propres chauffages et notre propre consommation d'électricité. Tous, rejettent entre autre de L'oxyde d'Azote ( irritant pour les bronches et favorisant les crises d’asthme et les infections pulmonaires. Les oxydes d’azote contribuent aux pluies acides affectant les végétaux et les sols et à l’augmentation de la concentration de nitrate dans les sols. ) Du Dioxyde de Soufre ( provoque une irritation cutanée et des voies respiratoires. Favorise également les pluies acides ) et de l'Ozone ( Irritant pour l’appareil respiratoire et les yeux et s’associe à l’augmentation de taux de mortalité durant les épisodes de pollution. Il affecte les végétaux, et réduit le rendement des cultures, par une perturbation de la photosynthèse ). Source.

Ces activités polluantes, ont aussi un impact sur les sols. Les déchets plastiques, qui, avec le temps se réduisent en milliers de particules fines, les engrais et produits chimiques, les mégots de cigarettes, les matériaux et métaux abandonnés au sol, le goudron, les acides, les produits chimiques ménagers et j'en passe, pénètrent à l’intérieur et nuisent à la biodiversité des sols. La bonne qualité de l'air et de l'eau est elle aussi indispensable au bon fonctionnement de cet écosystème.

La pollution a aussi un impact sur l'effet de serre. Phénomène naturel indispensable a notre survie. Les rayons UV du soleil se reflètent sur la terre et sont renvoyés dans l'atmosphère sous forme de rayons infrarouges. Ces rayons sont ensuite piégés dans l'atmosphère par les gaz à effet de serre naturellement présents dans l'air (Vapeur d'eau, méthane, dioxyde de carbone..) Ensuite renvoyés sur terre, ils créent cette chaleur nécessaire à la vie sur terre. Seulement la quantité de ces gaz se mélange à ceux créés par l'activité humaine en augmentant ainsi leur volume. La quantité de rayons UV renvoyés sur terre s’accroît, ce qui a pour conséquence une élévation des températures. C'est ce que l'on appelle le réchauffement climatique.

Comment lutter ?

En commençant par réduire notre empreinte carbone. 
Notre empreinte carbone, c'est nos différentes activités, qui envoient du gaz polluant dans l'air.
Il est important d'y aller par étapes, commencer par de petites tâches, petit à petit vous prendrez de nouvelles habitudes.

Pensez à éteindre et débrancher vos appareils électriques lorsque-vous ne les utilisez pas. Pensez notamment au chargeur de téléphone, débranchez-le si vous ne l'utilisez pas.
Pensez à éteindre la lumière lorsque vous quittez une pièce (votre facture d'électricité vous remerciera elle aussi..) Et privilégiez des ampoules à LED (consomment moins d'énergie, durée de vie plus longue, ne chauffent pas..)
Économisez l'eau. Prendre moins de bains, des douches plus courtes et utiliser des pommeaux de douche à débit réduit. Aujourd'hui, de nombreuses start-up ont créé des pommeaux de douches à économie d'eau pour toujours plus de confort, et à petit prix. De plus, certains lave-vaisselle économiserait plus d'eau lorsqu'ils sont bien remplis qu'un lavage à la main.
Si vous construisez votre maison, pensez aux énergies renouvelables.
Privilégiez une bonne promenade à pieds ou en vélo lors de déplacement si la distance vous le permet ou alors prenez les transports en commun.
L'industrie alimentaire est celle qui produit le plus de dioxyde de carbone, privilégiez donc les produits locaux, le maraîcher, le boucher ou le poissonnier du coin, faites vos courses au marché du samedi matin, achetez des produits issus de l'agriculture biologique si possible (produits plus respectueux de l'homme, des animaux et bien-sûr de l'environnement, utilisation d'engrais et produits de traitements et autres produits chimiques non autorisé, respect de la fertilité des sols, produits transformés sans ajouts d'additifs ou conservateurs chimiques.. usines industrielles inexistantes!..)
Réduisez votre consommation de viande et de poisson, en effet, l'élevage intensif d'animaux destinés à la consommation représente à lui tout seul 18% des gaz à effet de serre produits par les humains. La production de ces gaz est liée au transport des animaux (avant et après abattage) à l’extension des lieux d'élevage (agrandir pour produire toujours plus) , au stockage de la viande, aux gaz émis par l'exploitation (électricité, fioul..) et aux gaz émis par les animaux eux-même.. Le soja destiné à l'alimentation des animaux en élevage industriel, est un organisme génétiquement modifié (OGM) afin de contenir une plus grande concentration de protéines. Sa culture repose sur la déforestation Amazonienne. Réduisez donc votre consommation de viande à une ou deux fois par semaine si vous aviez l'habitude d'en manger tous les jours, si vous le pouvez, acheter votre viande BIO (pour votre bien-être, celui de notre planète mais pensez aussi à l'animal qui aura eu une vie bien plus belle!) sinon faites comme moi, soyez végétarien !
Manger Local évite ainsi le transport d'aliments et donc l'émission de gaz et manger de saison évite le transport en avion ou par bateau, mais aussi la production sous serres chauffées qui consomme énormément d'énergie. (Des tomates en hiver ??)
Utilisez des produits cosmétiques et ménagers 100% naturels, labellisés BIO pour plus de sûreté. En effet, les produits conventionnels ont des ingrédients chimiques non biodégradable et certains de leur procédés d'obtention sont polluants. Sans oublier leurs effets néfastes pour la santé.

En France, un habitant produit en moyenne 354Kg de déchet, dont uniquement 20% sont recyclés. 
Faire le tri sélectif, empêche plastiques, papiers, verres, piles, déchets toxiques et autres de se retrouver dans les déchets ménagers. Ces derniers sont soit brûlés, laissant échapper des gaz a effet de serre. soit enfouis et recouverts de terre, leur décomposition est très très lente, il faut donc créer de nouvelles "poubelles de terre" si les précédentes sont pleines.. De plus, faire le tri, c'est recycler papier, verre, plastique et leur donner une nouvelle vie, le plastique sert à créer des vêtements, des jouets, de nouvelles bouteilles, des matériaux de construction, le verre, seul matériau recyclable à l'infini, redevient de nouvelles bouteilles et de nouveaux bocaux.. De plus, le tri permet d'utiliser des ressources déjà créées, plutôt que de puiser dans les ressources naturelles et donc d'éviter la production de gaz lié à la création de ces nouvelles ressources.
Dans la continuité du tri sélectif, Réduire ses déchets, c'est une quantité plus minime d'ordures ménagères à brûler ou enfouir et donc moins d'émission de gaz à effet de serre et de pollution des sols. C'est aussi un coût de collecte d'ordures ménagères moindre. Réduire ses déchets, c'est privilégier les aliments, produits ménagers en vrac, n'hésitez pas à vous rendre dans votre supermarché avec vos sacs en tissus pour le vrac ou les fruits et légumes, ou directement avec vos bocaux. Privilégiez les produits dans des bocaux ou bouteille de verre, que vous pouvez réutiliser a bon escient. Achetez par exemple un seul gros pot de yaourt plutôt que quatre petits pots de yaourt. Transportez vos courses dans des sacs en tissus, cabas ou chariots à roulette et refusez tous sacs plastiques. En magasin Biocoop, vous pourrez trouver en vrac tous vos produits ménagers (lessive, adoucissant, liquide vaisselle et même le nettoyant multi-usage qui permet de laver vitre, sol, linge et j'en passe..! ). Il existe aujourd'hui des magasins spécialisés dans le vrac comme Day By Day. Remplacez le film alimentaire par des boites en plastique ou en verre réutilisable, dites non à la publicité sur votre boite à lettres, privilégiez les achats directement au rayon traditionnel, c'est à dire, vos fromages et charcuterie à la coupe, les vendeurs peuvent mettre directement vos achats dans votre boite alimentaire. Troquez vos essuie-tout, mouchoirs et coton démaquillant contre des lingettes, mouchoirs et torchons en tissus. Privilégiez les achats directement en magasin plutôt que les commandes en lignes, c'est du transport, et des emballages en plus..
Optez pour des produits réutilisables (pile ou stylo rechargeables par exemple)
Réparez, donnez, troquez, recyclez, lorsqu'un appareil ou un objet est cassé, renseignez-vous pour lui offrir une seconde vie au lieu de le jeter directement ou l'envoyer à la décharge ! (en décharge, les produit produisent un gaz très puissant : le méthane, issu de la décomposition du mélange de produits ménagers, déchets commerciaux et industriels associés à l'humidité et d'autres facteurs. Une compagnie souhaiterait empêcher ce gaz de s'évaporer dans l'atmosphère et l'utiliser comme carburant renouvelable, je vous laisse vous rendre sur ce lien pour en savoir plus).
A l'approche des fêtes, privilégiez des cadeaux et emballages 100% zéro déchet.
Achetez moins d'objets jetables et optez pour des objets biodégradables : des brosses à dents en bambou par exemple, échangez vos rasoirs jetables et protections féminines contre un rasoir à l'ancienne et une coupe menstruelle.

Je sais que cet article manque de légèreté à l'approche des fêtes, mais l'écrire me tenait énormément a cœur. Je me bats pour cette cause depuis quelques années maintenant, je ne suis pas parfaite non plus. Je n'achète pas que du bio, ma production de déchet et ma consommation d'eau et d'électricité sont à mon goût trop élevées, mais j'essaie chaque jour de m'améliorer. Je me donne toujours de nouveaux défis, et c'est une satisfaction personnelle lorsque je les réussis. Même si par rapport à certaines personnes je ne fais "pas assez" j'apporte ma petite contribution à mon bien-être personnel, au bien-être de notre planète et de ses habitants. Et c'est ce qu'il est important de ne pas oublier, même quand l'on pense ne pas faire assez, ce que l'on fait est déjà beaucoup, si seulement nous étions plus nombreux..
 Merci a ceux qui auront pris le temps de me lire, il y aurait encore tellement de choses à dire sur ce sujet.. Je continuerai au fil de ce blog, à vous donner de petites astuces afin de réduire votre empreinte carbone, il y'en a encore beaucoup..

A très bientôt,
Morgane.

6 commentaires:

  1. Je suis contente de voir que j'applique déjà certaines de ces petites astuces. Je pratique la marche à pieds, je trie mes déchets, j'éteins les lumières et je débranche ... :) Bien entendu, ce n'est pas gagné tout le temps, mais je pense que c'est avec ce genre de petits gestes qu'on peut changer à notre échelle.
    Merci pour ton article :)


    Anthony & Noémie,
    blogueurs amoureux et facétieux sur notrecarnetdaventures.com
    On partage notre quotidien plein de bonne humeur, et nos sorties lifestyle et culturelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça, ce sont ces petits gestes du quotidien qui pourraient changer beaucoup de choses si nous étions plus nombreux à les faire. Ne pas oublier d'en parler autour de soi, de conseiller, donner de petites astuces, essayer de sensibiliser ses proches..

      Morgane.

      Supprimer
  2. C'est un.sujet qui.m'a toujours tenu à.coeur... le.tri.selectif... la recup... limiter les trajets en voiture... mais ca l'est encore plus depuis la naissance des mes enfants : deux enfants asthmatiques (dont une avec des soucis pneumos plus sérieux) et à chaque pic de pollution, on ne peut que subir et etre impuissant face à ce que cela provoque chez eux...
    Si chacun y mettait du sien pour limiter cela, ca sera déjà un grand pas... malheureusement ca semble une cause encore trop peu prise au serieux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop prise au sérieux malheureusement, je suis d'accord. Mais je vois tout de même de plus en plus de prévention médiatique, petit à petit les choses changent même si ce n'est pas suffisant, les gens n'ont pas conscience des conséquences de leurs actes, et ils ont encore moins conscience de pouvoir changer les choses..
      Courage à tes petits loulous, je suis de tout cœur avec vous..

      Morgane.

      Supprimer
  3. Je salue cet article qui fait du bien à entendre ! Je suis sensible à cette cause et pareil j'aimerai toujours en faire plus sans pour autant devenir paranoïaque. J'espère du moins que ce que vous avez écrit aura pu faire réagir certaines personnes.
    Encore merci pour toutes ces informations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour votre commentaire. J'espère aussi que cet article aura pu faire réagir quelques personnes.. on a toujours l’impression de ne pas en faire assez, mais il faut se dire que le peu que l'on fait, est déjà très bien..

      Mais il y a tellement peu de personnes sensibles à cette cause, que ça en est parfois démotivant..

      Belle soirée à vous,
      Morgane.

      Supprimer

Vous souhaitez être prévenus de l'arrivée d'un nouvel article ?